© 2020  A DEMI SAUVAGE.

HISTOIRE DE MENSONGE


Ça t’es déjà arrivé de sentir que tu flottes? Que tu sais pas trop où tu t’en vas? Tsé tu te sens léger mais pas vraiment le bon genre de léger? Un peu comme un emballage de bonbon qui vole au vent et qui n’a aucun contrôle sur où il s’en va? (On dirait une chanson de Katy Perry!) Ou d’un autre côté, tu te sens un peu comme quand t’es submergé par la vie et que t’arrives pas à revenir à la surface pour prendre une bonne bouffée d’air sans avaler un gros bouillon ?

Moi j’en ai des moments comme ça. Je pense qu’on en a tous non?

Quand ça m’arrive, j’aime me dire que rien n’arrive pour rien. Qu’une fois ce bout difficile ou juste déstabilisant là va être fini, ça va m’avoir fait grandir. La plupart du temps, c’est ça qui m’aide à continuer et ça marche. Mais ça fonctionne pas tout le temps. Des fois, j’ai des mécanismes automatiques qui reviennent en force et qui prennent le contrôle, qui me font dealer de façon moins mature avec les obstacles/apprentissages que la vie m’envoie.

J’ai pris conscience, sans le vouloir, d’une de ces façons qui « m’aidait » à gérer les moments moins faciles. J’ai tendance à bosser inconsciemment autour de moi. Mais pas tant donner des ordres. On dirait que j’aime dire aux autres comment ils pourraient être mieux dans leurs vies en leur donnant plein de trucs. Le problème c’est que ce que je leur propose, je ne le fais pas tout le temps, même rarement. On dirait que grounder les autres, ben ça aide à me grounder moi. Mais en tout honnêteté, c’est un gros mensonge que je me fais. Je me suis rendu compte, de façon consciente cette fois-ci, que ça, cette façon de faire là, c’est tellement pas la façon dont je devrais m’y prendre finalement! Pis en décidant de vouloir changer ça, j’ai trouvé des trucs assez simple pour me virer vers mon nombril et arriver à me grounder moi toute seule sans l’aide de personne, ni en prenant personne pour ma béquille.

Comme c’est difficile de me défaire de mes bonnes (?) vieilles habitudes, je te les partage :

1-Méditer

Ce truc-là, c’est un « facile ». C’est celui qui me tente généralement le moins, ça me prend tout mon petit change pour m’installer et méditer, mais une fois fait, je suis donc contente d’avoir pris le temps. La méditation, c’est la clé à tout. Je dis que c’est le plus facile même si au fond, c’est probablement le plus complexe. Mais ouais pour grounder, ça ground !

2-Faire des « postures d’encrage »

Le yoga est aussi un remède essentiel pour moi quand je me sens un peu overwhelmed. Chaque personne est différente et vis les postures différemment, mais pour moi, me sentir encrée c’est souvent avec des postures comme vrkshasana (l'arbre), kakasana (le corbeau), shirshasana (posture sur la tête), virabhadrasana III (le guerrier 3) ou ardha chandrasana (la demi-lune).

3-Du temps pour moi

Ça c’est tellement propre à chacun mais tellement important !! Tu peux te trouver un petit rituel de self-love bien à toi ou t’en a peut-être déjà un. Si t’as aucune idée de ce que tu peux faire, je vais te donner des pistes pour te montrer à quel point ça peut varier : ça peut être te faire une bonne bouffe avec des chandelles en tête à tête avec toi-même, prendre un bain jusqu’à ce que tu sois tellement ratatiné que t’as rapetissé, écouter Caillou en rafales parce que ça te fait oublier que t’es maintenant un adulte, te faire une séance de yoga maison ou juste de te peinturer tes ongles parce que t’aimes ça!

Le but dans tout ça, y’en a pas vraiment, pas de clair en tout cas. Mais si je devais en trouver, ce serait de te permettre de retomber sur tes pattes. Prendre le temps de t’écouter pour savoir où tu t’en vas vs. où tu veux aller.

Tu m’en redonneras des nouvelles xx

Crédit photo: @creature.yoga

Crédit photo: Antoine La Salle


14 vues