© 2020  A DEMI SAUVAGE.

EN TOUTE HONNÊTETÉ

Oh my. Pardonner. C’est pas facile pis c’est flou comme concept ou façon de faire. Vu que j’y travaille fort, je me suis dit que ça serait pas pire d’en jaser ici avec toi. Soit pour m’éclairer moi même ou d’en partir une conversation et de rendre le tout plus simple et efficace.


Je ne sais pas toi, mais quand une situation me bouleverse, j’ai tendance à m’effacer juste pour que ça passe, pour pas faire trop de vagues. Soit ça, ou sinon je bouille pis j’explose en disant des niaiseries que je pense pas réellement, juste pour blesser l’autre pour qu’il ait plus mal que moi. Je sais que ça sonne weird et pas tellement sain mais c’est 100% honnête.


Pis comme je l’ai dit, j’essaie ben fort de rester en équilibre sur la ligne du pardon.

Juste pour qu’on se comprenne bien, dans une situation y’a toujours deux partis. Y’a jamais personne de tout blanc, ni personne de tout noir. On est tous des gens ben gris. Juste que certains sont plus foncés que d’autre peut-être. Pis quand tu te trouves dans une situation qui te blesse, t’as tous les droits du monde de vivre ta tristesse. Tu le sais, je suis issue du monde du yoga, pis t’entends souvent parler de pardon. Mais ça se confond souvent avec pardonner l’autre à tout prix, pis pour moi, c’est pas ça.


Pour moi, c’est de te pardonner toi. Te pardonner de ne pas avoir su explicitement quelles étaient tes limites. Tu peux pas toujours être « on top of your game ». Tu peux pas toujours être sur tes gardes parce que ça serait plate en maudit ta vie. Alors tu peux te pardonner d’avoir laissé la vie te donner un moment plus rough avec lequel tu dois dealer.


Connaître tes limites c’est aussi accepter de ne pas laisser les gens gris foncés revenir dans ta vie. C’est pas que tes méchant de les bloquer, c’est juste que tu vas vivre toute ta vie avec toi-même pis t’es mieux de te choisir toi et ton bonheur avant tout.


Pis tout ça, ça se fait pas d’un coup. Ça prends du temps. De mon côté, je pense que je suis encore au stade ou je connais la théorie mais de mettre en pratique c’est autre chose. Je sais juste que je peux pas forcer le processus et je l’accepte. J’essaie de rester honnête envers moi, d’observer ce qui se passe en dedans sans rien ignorer. Je préfère ça à me mentir et faire assemblant que tout va bien. Je vais y mettre l’effort nécéssaire parce qu’au fond, si je cultive les émotions de frustration ou de haine, je me fais juste mal à moi, pis je veux pu me faire mal...


Tout ça pour dire que si toi aussi t’as envie de te mettre de l’avant pour guérir de peu importe, de créer de nouvelles limites qui sont saines pour toi, d’apprendre à dire non, t’as ta place ici pis je te jugerai pas. JAMAIS DE LA VIE.


Crédit photo: inconnu

177 vues